Feldkirch - GarmishPartenkirchen (210 km).

Feldkirch, Bregenz, Fussen, Garmisch.

Réveil 8h, un peu difficile après les deux premières étapes et surtout la dernière soirée. Petit déjeuner copieux, Aégis a mal partout... même dans la barbe et il prétend qu'on l'a battu... alors 3 carrés de beurre sur la tartine pour soigner son "col et s'tyrol" (il révisera sa géographie au retour).  Il faut refaire les sacs et atteler.

Nous prenons la décision, par précaution, d'acheter la vignette d'autoroute (contrairement à la Suisse, en Autriche comme en Slovaquie, il est possible de la prendre pour quelques jours seulement).La pluie nous attendait à nouveau et va nous accompagner toute la matinée. Le paysage de montagnes est pourtant magnifique malgré les nuages qui nous cachent (gâchent) les sommets, çà monte et çà tourne, çà descend et çà tourne. La campagne est verte et les fermes autrichiennes ou bavaroises, opulentes, sont largement fleuries. Un vrai décor de carte postale. Environ 30 bornes avant le picnic, vers 13h,  le ciel se dégage. Nous nous arrêtons près d'une cabane sur le bord de la route avec une vue superbe sur la vallée. Les 2 panneaux de stationnement interdit sont oubliés.

La chaleur monte un peu et nous en profitons pour nous débarasser de nos tenues de cosmonautes. Le coffre d'un Ural  qui servait de garde- manger va faire office de table.. le grand confort jusqu'à ce que les nuages reviennent brusquement. Nous nous mettons à l'abri pour prendre le café. La flotte va nous accompagner quasiment tout le reste de la journée. Vers 16h, nous décidons de nous mettre à l'abri sur la terrasse couverte d'une pâtisserie. Les visières des casques ont besoin d'un nettoyage et d'un séchage et nous nous avons besoin de sucre et de nous réchauffer... les gâteaux bavarois sont énormes... Le moral remonte vite et ce, d'autant que nous sommes bien accompagnés par nos 2 compères.

Nous reprenons la route et la météo se calme un peu. Nous faisons une petite pause au bord d'un lac... embrumé avant de  prendre le temps de monter jusqu'aux châteaux de Louis II de Bavière. Une vraie folie sur leurs pics rocheux. Les touristes sont nombreux et  il commence à faire froid, alors nous reprenons la route. Sous le commandement de Titesquaw et de son GPS (ce qui deviendra un rituel à chaque fin d'étape... gain de temps et absence de stress pour se repérer en fin d'étapes), nous arrivons à Garmish Partenkirchen, station de ski réputée, vers 19heures, après avoir fait les courses pour le soir et le déjeuner du lendemain. Les motos sont mises sous bâche et rentrées dans le jardin de l'auberge

Du balcon de la chambre, nous avons la vue sur la piste de saut... impressionnant. Dans la chambre, les 2 uralistes font de la couture...